La tuilerie

La tuilerie de Corcelles a été démolie en 1979 à la suite de l’incendie du bâtiment qui l’abritait. Elle avait cessé de fonctionner après la deuxième guerre mondiale.

Selon une inscription qui s’y trouvait, elle aurait été construite (ou reconstruite) en 1641 par M. GENTIHOMME et MME MAGNIEN.
Elle passe ensuite sous la responsabilité de l’abbaye de Cîteaux.
Elle fut ensuite vendue en 1790 comme bien national aux nommés MARION puis JACSON. Ces derniers, d’une famille de tuiliers, la conservèrent jusqu’à sa démolition.

L’acte de vente de 1790 mentionne une «grande thuilerie avec maison d’habitation, jointe à la maison grange, écurie, verger et meix de cinq journaux plus vingt cantons de bois et vingt journaux. La thuillerie peut rendre par 300 milliers tant de briques, thuilles et pavés… ».

La terre était tirée à la bêche pendant l’hiver, mise en tas, reprise au printemps et amenée sur la plate-forme devant les machines à l’aide d’un tombereau tiré par un bœuf. Monsieur JACSON la mouillait et elle était chargée dans le broyeur qui la malaxait pour l’amener à l’état de pâte assez dure. Elle passait dans les moules appropriés (tuile, briques, …). Un ouvrier la recevait sur une planchette, elle était conduite au séchage puis enfournée. L’enfournage durait trois jours et comportait la manutention d’environ 70 tonnes de matériaux qui étaient rangés de telle façon qui l’air chaud puisse bien circuler. L’enfumage durait cinq jours. Douze stères de branchages de chênes étaient brûlés. Le grand feu durait trois jours et nécessitait 2000 fagots fabriqués par les femmes du village pendant l’hiver.
Des pièces témoin étaient placées aux fenêtres.

Le fonctionnement : 6 hommes environ travaillaient au four qui cuisait dans sa dernière période de petites tuiles plates, des arêtiers, des tuyaux de drainage et des briques.